The Anarchic Sea. Maritime Security in the 21st Century

Voici un ouvrage de synthèse utile, et souvent intéressant, même s’il aurait gagné à un travail de relecture et d’édition plus conséquent.

Dave Sloggett nous livre ici une réflexion sur la sécurité maritime au 21e siècle, dont il définit les sept dimensions:

  • Etats contre Etats. Cette dimension traditionnelle de la sécurité maritime recouvre la protection des abords du territoire et de la zone économique exclusive.
  • Protection du commerce. Protection des voies de communication maritimes contre la piraterie ou les risques de navigation.
  • Gestion des ressources. Exploitation des ressources sous-marine renouvelables et non-renouvelables, ainsi que du potentiel touristique.
  • Trafics. Prévention des trafics en tous genres.
  • Terrorisme. Prévention des menaces d’attentats contre les infrastructures portuaires, les bâtiments, les raffineries de pétrole, mais aussi protection des villes côtières contre les attentats initiés depuis le domaine maritime (type Mumbai).
  • Désastres. Protection et gestion des désastres naturels ou causés par l’homme sur les zones côtières.
  • Océanographie. Explorations et connaissance de l’environnement maritime.

Ces sept dimensions fournissent une grille analytique efficace pour comprendre les enjeux fondamentaux de la sécurité maritime aujourd’hui. Sloggett rappelle avec raison que la sécurité sur la terre ne peut être pensée sans la sécurité maritime. Les deux sont implacablement couplées. Les attentats de Mumbai en 2008 ont ainsi démontré comment des groupes terroristes pouvaient lancer une attaque d’ampleur contre une ville côtière à partir de la mer. De même, dans le contexte d’une mondialisation des économies qui s’opère par l’exploitation des flux maritimes et fonctionne à flux tendu, un attentat majeur dans l’un des « hubs » du commerce maritime mondial pourrait avoir des conséquences négatives sur l’ensemble de l’activité économique internationale. Outre le risque terroriste, la mer sert de voie de passage pour des trafics en tous genres, mais est également un vecteur de déploiement de la puissance: dans une perspective proche de Castex (que l’auteur ne cite pas), la mer est un excellent moyen d’agir contre la terre. A ce titre, Slogget observe que la domination occidentale (en fait américaine) sur les mers du monde est l’objet d’une contestation croissante, puisque de nouveaux acteurs ayant bien compris le surcroît de puissance qu’offre la liberté de navigation s’attachent à dénier cette capacité. La mer redevient donc un objet disputé, et les marines occidentales feraient bien de se préparer à la fin de leur domination quasi-incontestée depuis la fin de la Guerre Froide. Ainsi, rien de bien révolutionnaire pour les observateurs attentifs du monde maritime, mais une synthèse utile à destination des lecteurs n’ayant pas saisi l’importance fondamentale de la sécurité maritime pour la sécurité nationale au 21e siècle. L’ambition pédagogique est d’ailleurs renforcée par l’ajout en annexe d’une vingtaine d’exemples détaillés d’application des principe de sécurité maritime par plusieurs pays dans le monde.

L’ouvrage serait à recommander sans hésitations s’il était mieux construit et mieux écrit. Du fait d’une organisation un peu bancale, Sloggett se répète beaucoup, ce qui peut être lassant pour le lecteur. Il souffre également d’un tic d’écriture assez agaçant consistant à citer systématiquement deux ou trois auteurs avant d’avancer ses arguments. J’apprécie que sur des points peu clairs ou peu évidents une revue rapide de la littérature soit offerte au lecteur, mais l’auteur continue cette tendance y compris pour des arguments assez évidents, pour lesquels la citation n’offre rien si ce n’est de ralentir la lecture. En fait, l’ouvrage serait excellent s’il était allégé de 70 pages. En l’état, il reste une bonne synthèse des enjeux de sécurité maritime offrant parfois des réflexions très intéressantes, mais qui risque de rebuter le lecteur néophyte. Etant donné l’importance de la mer dans les enjeux de sécurité contemporains, c’est bien dommage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s